WiKiroman

Pierre-Alain Chambaz

Elles évoqueront plus ou moins confusément dans notre esprit une image que nous savons drôle. Mais l’intelligence est destinée à tout autre chose. Tous les êtres organisés, végétaux ou animaux, ont certaines qualités communes, certaines fonctions analogues : de manière qu’il semble que l’animal ne diffère du végétal, comme l’indiquait Linné dans son style aphoristique, que par l’insertion d’une vie sur une autre, idée qu’Aristote avait professée, et à laquelle Bichat a donné un développement lumineux, par le contraste qu’il a si bien établi entre la vie organique, commune aux végétaux et aux animaux, toujours agissante, jamais suspendue, commençant et finissant la dernière, toujours obscure et sans conscience d’elle-même, et la vie anima Mais nous aimons mieux nous attacher aux impressions de Poule, et plus spécialement à l’audition du langage articulé, parce que cet exemple est le plus compréhensif de tous. La faible volatilité qui est aujourd’hui constatée sur ce marché pourrait se retourner en une correction brutale et une crise de liquidité, les investisseurs se précipitant tous ensemble pour vendre leurs titres. Quoi qu’il en soit, le thème fournit une définition générale, qui est cette fois une règle de construction. C’était si doux, et j’avais une si profonde joie de retrouver cet esprit de haute race, de l’interroger, pour écouter sa réponse toujours prompte, fine et raisonnée, que je parlai presque par hasard, et sans changer de ton, de mes souvenirs de Milan. Admirable et profondément vrai dans l’explication des phénomènes de l’homme et même de la nature, le spiritualisme échoue, à notre sens, devant le problème de l’infini et de l’absolu. Un danger pour la sécurité des donnéesL’étude que nous avons récemment publiée révèle, qu’en France, les salariés sont à l’origine de plus de 1,7 millions d’euros de dépenses à l’insu des DSI. Or, «l’effet de levier est d’autant plus important que l’avantage fiscal est accordé peu de temps après la réalisation de la dépense», comme le souligne le Sénateur. On a raison de dire que l’habi­tude s’acquiert par la répétition de l’effort ; mais à quoi servirait l’effort répété, s’il reproduisait toujours la même chose ? L’interférence de deux systèmes d’idées dans la même phrase est une source intarissable d’effets plaisants. La puissance créatrice n’a ni caprices ni fantaisies. Les siècles qui ont eu le plus de cette latitude, sont ceux qui se recommandent le plus à l’attention de la postérité. Il semble naturel que ce déterminisme en quelque sorte approximatif, ce déterminisme de la qualité, cherche à s’étayer du même mécanisme qui soutient les phénomènes de la nature : celui-ci prêterait à celui-là son caractère géométrique, et l’opération profiterait tout ensemble au détermi­nisme psychologique, qui en sortirait plus rigoureux, et au mécanisme physique, qui deviendrait universel. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « On pardonne tout à qui ne pardonne rien ». C’est qu’à l’opposé du discours purement rationnel propre au « contrat social », l’atmosphère est en attente de l’émotionnel. Or ce sont ces dernières activités qui sont à l’origine des défaillances bancaires et de la crise financière récentes, et qui menacent l’investissement et l’emploi. Par une illusion profondément enracinée dans notre esprit, et parce que nous ne pouvons nous empêcher de considérer l’analyse comme équivalente à l’intuition, nous commençons par distinguer, tout le long du mouvement, un certain nombre d’arrêts possibles ou de points, dont nous faisons, bon gré mal gré, des parties du mouvement. Voilà de beaux résultats ; et l’armée, dans son état actuel, les produit sans difficulté. C’est un très bon présage sur ce qui va venir. C’est maintenant les conséquences des réparations infligées aux vaincus par le traité de Versailles qu’ils ignorent. Tout ce qui est individu, si simple que soit cette-individualité, échappe à l’explication matérialiste. La norme met en exergue les principes de transparence, de fraîcheur des avis et de vérification de l’expérience de consommation.

Archives

Pages

Catégories