WiKiroman

Pierre-Alain Chambaz

Même, la rue du Caire qu’on exhiba à Paris en 1889 ne pouvait soutenir la comparaison avec celle qu’on présenta à Berlin. Le devoir, au point de vue des faits et abstraction faite des notions métaphysiques, est une surabondance de vie qui demande à s’exercer, à se donner ; on l’a trop interprété, jusqu’ici, comme le sentiment d’une nécessité ou d’une contrainte ; c’est avant tout celui d’une puissance. Sans doute on passe graduellement des unes aux autres ; sans doute il entre un élément affectif dans la plupart de nos représentations simples. L’augmentation des impôts réduit seulement les revenus de ceux qui les payent. Cette logique black bloc, importée des grands sommets internationaux, perce parfois dans le bocage rural. La nature ayant horreur du vide, les activités financières se réfugieront dans des régions ou des institutions pas ou peu touchées par la régulation, c’est-à-dire le « shadow banking » et on assistera à une balkanisation du système bancaire mondial. Albert Lemoine, dans un livre posthume que nous aurons également à citer plus d’une fois, a développé tout récemment encore une opinion semblable. Il maintient à l’état virtuel tout ce qui pourrait gêner l’action en s’actualisant. Une fois de plus, sans verser dans les lieux communs, Bruxelles décide, le gouvernement s’incline sans véritable concertation avec les professionnels, au risque de les asphyxier et les consommateurs vont trinquer ! Car sur Internet, beaucoup d’activités « classiques » peinent à trouver un modèle économique rentable : peu d’internautes sont prêt à payer pour de la presse en ligne, Youtube nous donne accès à une médiathèque virtuellement illimitée et gratuite, et même les services à base d’abonnement (Deezer, Netflix, etc.) ne rémunèrent que très peu les artistes… Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Plus on s’élève et plus dure sera la chute ». La question posée entre le réalisme et l’idéalisme devient alors très claire : quels sont les rapports que ces deux systèmes d’images soutiennent entre eux ? Ou supposons notre intelligence ainsi faite qu’elle ne puisse s’expliquer l’apparition de la figure sur la toile autrement que par un travail de mosaïque. Ce n’est pas à dire que les moyens y manquent d’établir le vrai. Avec le Thalys, vous pouvez dans la journée aller à La Haye, en revenir et visiter quelques musées. Pour rythmer la cadence il avait un Tyrtée dont les vers boitaient à rendre jalouses les jambes de son aîné, et qui essayait de se faire prendre pour Don Quichotte parce qu’il était arrivé à mettre la moitié de l’ossature de Rossinante dans la lévite de Rodin. L’homme de la providence, trouvant une solution à tout problème est en train de laisser la place à un homme du destin sachant s’accommoder de ce qui se présente. À supposer que le sens du goût fût pour les chimistes un réactif d’un usage aussi habituel que l’est celui du papier de tournesol pour reconnaître la présence des acides, il ne viendrait à personne l’envie de croire que la possibilité d’acquérir le système de nos connaissances actuelles en chimie tient au fait accidentel de la sensibilité de l’organe du goût pour certaines actions chimiques, pas plus qu’elle ne tient au fait très-particulier et très-accidentel de la présence, dans les sucs de certaines plantes, d’une matière colorante fort sensible à l’action des acides. Elle les exige de premier choix, coupe et profil (coupe surtout), rasés de près, tondus à la malcontent ; avec, si faire se peut, ce déhanchement prometteur que Flamidien admire en Jacques Lemaître. Toutes les molécules de la masse projetée ne jouent en réalité qu’un rôle passif, et l’on ne peut pas, dans la rigueur du langage philosophique, attribuer une action, une force ou une vertu efficiente à la structure intime du système moléculaire, à la loi de distribution de la masse ou à la forme extérieure du corps. Le propre de la locomotive capitaliste est l’incertitude qui se traduit en réussite des uns, en disparition économique des autres et en crises plus ou moins violentes. Il n’est donc absolument pas pensable d’adhérer aux théories des marchés parfaits et efficients. Revenons donc à la réalité et intégrons l’incertitude au sein de notre processus de prise de décision économique et d’investissement financier.

Archives

Pages

Catégories