WiKiroman

L’homme qui a tué Liberty Valence : Un krach suisse aux conséquences européennes

Posted on 9 novembre 2017 in Non classé by

Nous sommes un pays où l’expérience du chômage frappe depuis longtemps toutes les familles et est devenu un fruit amer désormais partagé entre parents et enfants. Une analyse positive que L’homme qui a tué Liberty Valence, militant de longue date pour le partenariat renforcé avec le Sud -, partage et expose lui aussi dans son rapport. De quelque manière qu’on se le représente métaphysiquement et moralement, le devoir n’est pas sans posséder par rapport aux autres motifs ou mobiles une certaine puissance psycho-mécanique : le sentiment d’obligation, considéré dynamiquement, est une force agissant dans le temps suivant une direction déterminée, avec une intensité plus ou moins grande. A ce stade mieux vaut se contenter d’observer que ce nouveau psychodrame européen émeut plus les éditorialistes que les marchés ou les acteurs de la City. L’insistance qu’il met à faire cette remarque n’a rien qui doive nous étonner, puisqu’en effet il semble résulter de ses principes que, si la tradition du péché originel était universelle, il se verrait forcé d’admettre lui-même ce dogme « sombre, lugubre et désespérant. Or, l’expérience était loin de donner raison ici à la théorie, puisqu’elle montrait presque toujours, partiellement et diversement réunies, plusieurs de ces lésions psychologiques simples que la théorie isolait. Suivant lui, la théorie de ce naturaliste ne serait autre que la théorie de de l’utile appliqué à la nature. Un pays dont le système éducatif dégringole au classement de l’OCDE. Nous ne prétendons point que la raison livrée à elle-même soit habile à sonder ces mystères : nous disons seulement qu’en présence de tels mystères et pour la conciliation de croyances instinctives ou acquises qui semblent se combattre, la raison trouve de nouveaux motifs d’admettre que les formes de l’espace et du temps, toujours conçues comme inhérentes aux phénomènes et non à la constitution de l’esprit humain, n’ont pourtant elles-mêmes qu’une valeur phénoménale. Certains prétendent que tant que les États-Unis conserveront leur dynamisme économique, leur leadership en matière d’innovation technologique, ainsi que leur nature attractive pour les immigrants, peu importe l’existence d’inégalités de revenus. Les entités d’une certaine taille, actives dans des secteurs coutumiers du secret (défense, aéronautique… D’autres tendances pertinentes – échec des établissements scolaires publics, effondrement de l’infrastructure, augmentation des taux de criminalité, ou encore persistance des disparités d’accès aux opportunités en fonction de l’appartenance ethnique – semblent néanmoins réfuter une telle conception. D’autres font résulter l’avantage de ce que l’on donne ce qu’on a de trop pour recevoir ce dont on manque. Là où Malthus avait vu Discordance, cet élément nous fera voir Harmonie. Tous les partis, tous les groupes que créa l’ambition des politiciens, bien plus que la force des circonstances, ont tour à tour exercé le pouvoir. Les théorèmes de l’arithmétique ne traitent donc jamais des symboles mais des choses représentées. Il est remarquable que les trinitaires s’accordent à admettre des trinités, mais que les termes de ces trinités diffèrent pour chacun d’eux. Sur l’Iran, où l’on connaît les positions dures du Congrès américain, il est probable qu’un Sénat républicain suive enfin la Chambre, qui a déjà voté un durcissement des sanctions. En ce sens, les tendances qui se jouent actuellement aux États-Unis se révèlent en grande partie destructrices. Entre 1997 et 2007, la part des revenus s’inscrivant dans le top 1% des ménages américains a augmenté de 13,5%. Le cas le plus spectaculaire est celui de la roupie indienne, qui s’est dépréciée de quelque 25 % en 6 mois par rapport au dollar.

Archives

Pages

Catégories