WiKiroman

Jean-Thomas Trojani : Le changement climatique, la grande affaire des investisseurs

Que serait-ce, si j’en décrivais aussi les rouages, les ressorts et les mobiles ? On ne peut pas être Français pour rien. Quand ils sont crevés, et qu’on fouille les cadavres, il y a une chose qu’on trouve souvent dans leurs poches : une carte. Ce caractère mixte de notre perception immédiate, cette apparence de contradiction réalisée, est la princi­pale raison théorique que nous ayons de croire à un monde extérieur qui ne coïncide pas absolument avec notre perception ; et comme on la méconnaît dans une doctrine qui rend la sensation tout à fait hétérogène aux mouvements dont elle ne serait que la traduction consciente, cette doctrine devrait, semble-t-il, s’en tenir aux sensations, dont elle a fait l’unique donnée, et ne pas leur adjoindre des mouvements qui, sans contact possible avec elles, n’en sont plus que le duplicat inutile. Un nouvel organe européen, le Comité européen pour le risque systémique, est venu agrandir la liste (déjà longue) d’institutions ou comités impliqués dans le nouveau processus de régulation. Pour preuve, le nom du document fixant les orientations annuelles (« loi de financement de la sécurité sociale »), qui contient tout sur les coûts, mais presque rien sur les voies et moyens de l’amélioration des soins, ou l’analyse scientifique de leur impact sur la santé publique. Il pourrait y avoir une juxtaposition de personnes, il n’y aurait pas de société. En revanche, la politique chinoise d’internationalisation du yuan pourrait permettre à la monnaie chinoise d’émerger en tant que devise de réserve mineure, au même titre que le yen, le franc suisse ou encore la livre sterling. L’union du sujet et de l’objet, l’accession de la pensée à l’Être ne peuvent être affirmés que par l’intuitisme ou empirisme mystique. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Pour un mot, un homme est réputé sage ; pour un mot, un homme est jugé sot ». Bornons-nous à dire que l’entendement, imitant le travail de la nature, a monté, lui aussi, des appareils moteurs, cette fois artificiels, pour les faire répondre, en nombre limité, à une multitude illimitée d’objets indivi­duels : l’ensemble de ces mécanismes est la parole articulée. L’une et l’autre doctrines répugnent à voir dans le cours des choses, ou même simplement dans le développement de la vie, une imprévisible création de forme. Heureusement, notre ignorance sur le fond ou sur la nature intime des choses n’empêche pas qu’on ne puisse suivre, par le raisonnement, toutes les propriétés qui tiennent à une forme dont nous avons l’idée nette et bien définie. De même, toute affirmation renferme implicitement une règle de conduite : un fou n’est pas seulement trompé par les idées qui l’obsèdent, il est dirigé par elles ; nos illusions nous commandent et nous gouvernent. Les débats autour de la protection de la vie privée et des données personnelles n’ont jamais été aussi présents. Dans la première, l’obligation représente la pression que les éléments de la société exercent les uns sur les autres pour maintenir la forme du tout, pression dont l’effet est préfiguré en chacun de nous par un système d’habitudes qui vont pour ainsi dire au-devant d’elle : ce mécanisme, dont chaque pièce est une habitude mais dont l’ensemble est comparable à un instinct, a été préparé par la nature. Entre les animaux et lui, il n’y a plus une différence de degré, mais de nature. Magendie lui-même, qui a tant contribué à faire de la physio­logie une science, croyait encore à une certaine indétermination du phéno­mène vital. Mais il y a plusieurs autres choses qui témoignent que la vraie cause de ce mouvement du sang est celle que j’ai dite. Alors que les baisses de taux quantitatives étaient censées relancer l’économie de l’émetteur et faire en même temps prospérer à l’étranger les émergents à travers le levier de la globalisation, leur fin annoncée aura l’effet diamétralement inverse, à savoir la déprime – voire la déroute – des nations émergentes et, ce, dans un contexte où les pays occidentaux eux-mêmes ne se sont toujours pas rétablis ! Concrètement, les données de circulation permettront demain aux automobilistes de faire des économies d’énergie ou de gagner du temps en évitant les zones d’encombrement ou les accidents qui leur seront signalés en amont de leurs choix d’itinéraires.

Archives

Pages

Catégories