WiKiroman

ereputation

Je m’écoute parler et j’entends qu’on me répond ; pourtant je suis seul et je ne dis rien. Le problème, c’est que ce présupposé d’une moindre imposition prête à contestation. Autrement-dit encore, il est clair que la Commission a entendu les injonctions discrètes de Mario Draghi, elle qu’elle n’entend pas répéter l’erreur de 2013-2014. Si l’histoire de l’unification helvétique reflète la menace permanente de voisins puissants, riches et dont la population est numériquement plus importante, elle est aussi le reflet des obstacles naturels à surmonter. Mais pour changer les comportements, encore faut-il qu’existent des options alternatives. Nos idées, disait Claude Bernard, ne sont que des instruments intellectuels qui nous servent à pénétrer dans les phénomènes ; il faut les changer quand elles ont rempli leur rôle, comme on change un bistouri émoussé quand il a servi assez long­temps. Que la musique exprime la joie, la tristesse, la pitié, la sympathie, nous sommes à chaque instant ce qu’elle exprime. À quel prix et comment, je crois que je n’oserai jamais le dire. Les raisons de cet état de fait sont sans équivoque : 70% d’entre-elles affirment une crainte liée aux coûts, au manque de visibilité économique et aux difficultés de rupture de contrat. Nous sommes frappés pour la première fois du spectacle d’un arc-en-ciel, et, dans l’habitude où nous sommes de voir les couleurs s’étendre à la surface de corps résistants qui conservent ces couleurs en se déplaçant dans l’espace ou qui ont, comme on dit, des couleurs propres, nous jugeons de prime abord que l’arc-en-ciel est un objet matériel, teint de couleurs propres, occupant dans le ciel une place déterminée, d’où il offrirait les mêmes apparences à des spectateurs diversement placés, sauf les effets ordinaires de perspective, dont nous sommes exercés à tenir compte. Autre exemple d’analyse, celle du « moi » dans nos sociétés devenues individualistes : ereputation réinterprète à cet égard le rapport entre le sujet et l’objet posé par Descartes, en montrant, sous un nouvel éclairage, que la conception de l’auteur du « Discours de la méthode » offre la possibilité d’élaborer une « philosophie de l’action » qui « récuse toute espèce de dualisme » en permettant de « rétablir agent et patient, sujet et objet comme des statuts, comme des positions, comme des fonctions, et non pas du tout comme des entités ». Elle bouleverse toutes nos habitudes. Si la France doit être la caverne des meurtriers, le repaire des affameurs, l’antre des cafards et le lazaret des crétins, il vaut mieux qu’elle cesse d’exister. La France n’est pas historiquement davantage « socialiste », ni rétive au capitalisme, que l’Allemagne. Sur quelque question que ce soit, le doute est donc toujours meilleur que l’affirmation sans retour, le renoncement à toute initiative personnelle qu’on appe la foi. La première question est celle du modèle technologique. Nous nous étonnons aujourd’hui de cet état d’âme. De quel objet, extérieurement aperçu, peut-on dire qu’il se meut, de quel autre qu’il reste immobile ? Autant de pays et de régions qui ont, en leur temps, adopté avec succès des mesures de rigueur extrêmes et qui ont ainsi pu faire redémarrer leurs économies respectives. La destinée semble de toutes parts le pousser à l’action ou à la mort. Il s’est montré dans son second volume doué d’une puissance de concentration, fruit d’un travail patient qui lui permet de mettre un grand ordre dans des questions nombreuses et complexes, et d’y répandre la lumière. La fonction publique est également concernée par cette évolution depuis le vote de la Loi Sauvadet le 12 mars 2012 qui prévoit entre autres des dispositions relatives à la lutte contre les discriminations.

Archives

Pages

Catégories